Peut-on prévenir le brown-out du Recruteur ?

Image du client interviewé
Image principale article

Sommaire

Contexte : Qui se prête au jeu ?

Anaïs a occupé différents postes dans la sphère RH et plus particulièrement dans le Recrutement, notamment en cabinet. Anaïs, c’est moi ! j’ai vécu une expérience qui a par ailleurs été le point final de ma vie de salariée. J’étais Consultante RH à Manchester pour une agence internationale. Mon rôle était d’accompagner nos clients sur le volet marketing RH, ou encore dans leurs besoins en recrutement.

Problématique du jour

En pleine période de COVID, notre bureau de Manchester s’est retrouvé fermé et mon intégration s’est déroulée 100% à distance. Je me suis très vite sentie seule, dans un contexte personnel déjà difficile (expatriation, déracinement, nouveau pays, nouvelle langue, post-partum, peu de liens sociaux), avec un nouveau secteur d’activité à appréhender, qui de surcroît, ne collait pas vraiment avec mes valeurs.

Un autre paramètre du poste venait parasiter mon quotidien : je n’étais pas en contact direct avec les clients, des audits de poste bâclés m’étaient transmis, ajoutant ainsi des bâtons dans mes roues, pour la bonne réalisation de mon sourcing et de mes recrutements.

Très vite, j’ai perdu goût à mon métier, je ne savais plus pourquoi je faisais ça, je ne comprenais pas la mission de mon entreprise et ne me sentais absolument pas engagée dans mes missions. Je me sentais nulle et inutile.

Selon la dernière étude de Gallup, sur l'ensemble des salariés du monde 20% sont investis dans leur travail, 61% ne sont pas investis et 19% se déclarent malheureux.

extrait du cocumentaire Bullshit Job, le fabuleux monde de l'entreprise

À l’époque, on a essayé de répondre à mon mal-être, et bien que la quête de sens au travail reste quelque chose d'intrinsèque, je pense que des manquements en termes de QVCT (qualité de vie et des conditions de travail), d’accompagnement, ou encore de communication ont contribué à cet état.

Quel environnement est favorable à l’épanouissement et permettrait de prévenir le brown-out du Recruteur ? 

Je vous partage quelques pistes dans cet article !

Rappel : quelle forme peut prendre l'épuisement professionnel ?

3 formes d'épuisement professionnel

Vous avez forcément déjà entendu du burn-out, cet épuisement physique et/ou mental, souvent causé par le stress, une pression de productivité, de résultat, ou encore l’absence de reconnaissance.

Le burn-out

Vous avez peut-être entendu parler de bore-out, qui touche davantage à la notion d’ennui et de fatigue, lié à une sous-charge de travail ou encore un manque d’évolution.

Le brown-out, c’est un peu leur cousin…

Crise existentielle, perte d’énergie, démotivation, négligence dans son travail, difficulté de concentration, procrastination, perte de sens, apathie / absence d’émotions, forment les potentiels symptômes qui peuvent survenir de manière progressive.

Plusieurs raisons possibles : des tâches peu valorisantes, un désalignement entre niveau de compétences et missions confiées, une mécompréhension de sa hiérarchie, un contrôle infantilisant, l’automatisation et la digitalisation du travail, un conflit de valeurs.

Comme pour les autres, il y a un risque de dépression. Les signes ne sont pas à prendre à la légère.

Si en lisant ces mots, vous vous reconnaissez, prenez soin de vous et parlez-en à un professionnel médical.

Focus sur le brown-out du Recruteur.

Quand on parle brown-out, on parle notamment de « baisse de courant psychique » et c’est d’ailleurs ce que brown-out signifie en anglais : baisse de courant électrique.

Il peut toucher absolument toutes les professions bien évidemment, cependant, il existe finalement très peu de données sur ce sujet.

C’est l'anthropologue américain David Graeber qui a mis le doigt dessus en 2013, en mettant lumière ce qu’il appelle les « bullshit jobs », ou des emplois jugés inutiles ou superflus. Le simple fait de ne trouver aucun sens à sa tâche, voire considérer sa tâche comme étant à l'opposé de ce qu'il conviendrait de faire, suffit déjà à faire naître ce syndrome.

Bullshit jobs par David Graeber


De mon côté, j'ai posé la question "Qu'est ce qui donne du sens à votre métier de Recruteur ?" sur LinkedIn en cette fin d’année : sur 95 votants (des professionnels des RH et du Recrutement), 78% estiment que c’est l’accompagnement des candidats qui donne du sens à leur métier, avec l’envie d’avoir un impact positif sur leurs vies professionnelles, les voir évoluer, leur proposer une expérience candidat de qualité.

Top 5 des actions pour stimuler le sens au travail

Identifiez VOS valeurs

Parce qu’il est primordial de se connaître, parce que vous avez le droit de changer et de ne pas être aligné avec les valeurs de votre entreprise : faites tout d’abord une introspection.

Vos valeurs sont vos fondements et c’est ce qui donne du sens à vos actions. Respecter ses valeurs, c’est se respecter soi-même. C’est ce qui vous transporte, ce que vous voulez transmettre et c’est aussi l’opposition de ce qui vous met en réaction, de ce que vous ne supportez pas.

Par exemple, vous identifiez chez vous une valeur très forte : la liberté. Or, votre manager vous impose une façon de faire et vous n’avez absolument pas le droit de partager votre vision vis-à-vis des pratiques en recrutement dans votre cabinet. Il y a de fortes chances pour que vous vous sentiez très mal et ne trouviez pas de sens à votre travail.

Écoutez-vous, c’est urgent !

Entourez-vous

En recrutement, il existe une vraie injonction à la réussite. Si tu ne réussis pas tes recrutements, la première question à te poser est : es-tu bien accompagné pour y arriver ?

Combien de Recruteurs se sont vus prendre en main un nouveau secteur d’activité, sans AUCUNE formation ? 

Pourtant, ce décalage entre connaissances / compétences et le challenge à relever peut-être très nocif. Il l’est encore plus dans un contexte de digitalisation et de télétravail, où on peut vite se sentir abandonné avec nos doutes et notre sensation d’être tout simplement nul.

Il est alors crucial de manifester sa difficulté avant que les choses ne s’enveniment et de demander à avoir un accompagnement renforcé.

Captez le why de votre entreprise

Comment contribuer à la mission de son entreprise, si celle-ci n’est pas clairement comprise ?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi votre entreprise existait ?

Comprendre la raison d’être de l’entreprise, ce qui vous différencie des concurrents, en quoi votre projet est-il utile, quel est l’impact sur la société, constituent des éléments qui influenceront votre engagement. 

Et demandez-vous justement, si vous êtes en alignement, ou pas, avec ce « pourquoi » ?

Qualifiez vos processus de recrutement

Plus vous mettrez de la méthodologie dans vos pratiques, plus vous gagnerez en pertinence et trouverez un sens à ce que vous faites.

Par exemple, vous passez des heures à sourcer sur les CVthèques avec un sentiment d’errance ?

Posez-vous, identifiez un persona candidat, déployez une stratégie efficace pour trouver des candidats. Vous devez comprendre ce que vous cherchez, pour ne plus avoir ce sentiment d’inutilité. 

Si une tâche vous paraît absurde, c’est qu’il existe certainement un autre moyen de s’y prendre. 

Impulsez le changement et l'amélioration

Il n’y a rien de plus frustrant qu’un client ou un manager qui ne tient pas spécialement à réaliser un audit de poste. Il vous envoie 2 ou 3 phrases sur le profil à rechercher, et il ne vous reste plus qu’à vous transformer en magicien pour recruter.

Ce sont des situations typiques en entreprise, en cabinet ou en agence de travail temporaire, et c’est très souvent une des raisons pour laquelle les Recruteurs s’épuisent, ou bien, ne comprennent pas ce qu’ils font.

Il est urgent de reprendre votre recrutement en main, toutefois, vous n’êtes pas seul, votre challenge consiste donc à sensibiliser les autres acteurs. Mobilisez-les !

Ça commence par exprimer votre besoin : la réussite de vos recrutements dépend complètement de la manière dont seront conduits les briefs, dites-le à vos partenaires. Impliquez-les. Eux-mêmes doivent comprendre qu’ils ont un rôle à jouer.

Conclusion : 

Ces préconisations s’adressent aux Recruteurs eux-mêmes et sans un soutien de l’entreprise, trouver du sens sera d’autant plus complexe.

Alors, avis aux Directions qui lisent ces mots :

  • Echangez sur la pertinence des missions, 
  • Discutez des pratiques et méthodologies, 
  • Soutenez le changement et l’amélioration, 
  • Accompagnez vos équipes dans le développement de leurs compétences, 
  • Accompagnez les individus dans le collectif en prenant en considération leurs besoins,
  • Communiquez sur le « pourquoi » de votre entreprise, sur votre mission,
  • Instaurez des temps de parole où chaque collaborateur, chaque collaboratrice, pourrait parler des difficultés rencontrées au quotidien.

Tous ces points ne répondront pas à la question du sens au travail de vos collaborateurs, mais assureront de bonnes conditions pour les encourager à se questionner et trouver du sens dans leurs missions.

Crédits
Ne manquez rien !

Chaque mois, recevez un récap des derniers articles publiés directement dans votre boîte mail. 

Icône enveloppe ouverte
À propos de l'auteur·e
Anaïs
Linkedin

Professionnelle des RH - Experte Recrutement, Marque employeur, Culture d'entreprise, Diversité, Développement des compétences 🍍 Formatrice | Consultante | Mentor | Rédactrice 📍 Bordeaux/Manchester