Un recruteur a-t-il forcément besoin de faire du sourcing ?

Image du client interviewé
Image principale article

Sommaire

J’ai été recruteuse dans différentes ESN pendant 7 ans : mon quotidien c’était d’identifier des profils techs (surtout des développeurs) et de leur donner envie de rejoindre l’entreprise dans laquelle je travaillais. Et pendant 7 ans, on m’a répété que « le sourcing c’est le nerf de la guerre ».

 Depuis Janvier 2020, je forme des recruteurs techs. Et j’entends régulièrement en formation des personnes qui s'excusent presque de ne pas faire assez de sourcing. Certains ont même l’impression d’être de mauvais recruteurs parce qu’ils ne sourcent pas ou très peu. Et ils pensent presque toujours que leurs difficultés viennent d’un sourcing insuffisant.

 Et puis quand on analyse ensemble le processus de recrutement, les outils, les méthodes de travail, on arrive régulièrement à la conclusion que faire du sourcing n’est pas la seule solution pour recruter de manière pérenne.

 Pour moi, un recruteur doit toujours se poser la question suivante 👉 est-ce que j’ai vraiment besoin de sourcer dans le cadre de mon activité ? Dans cet article, je vous explique pourquoi c’est une question essentielle et comment faire pour y répondre précisément.

Quel recruteur êtes-vous ?

Pour commencer, vous devez déjà bien vous connaître et comprendre votre activité. Vous recrutez ok, mais à quoi ressemble votre quotidien ? Tous les recruteurs ne font pas la même chose et n’ont pas les mêmes responsabilités. Et ça peut faire une grande différence au moment d’élaborer votre méthode de travail et votre organisation. 

Prenez le temps d’analyser et de bien comprendre votre situation en répondant à ces 5 questions :

1 - Que représente le recrutement dans votre « fiche de poste »

100% ? 80 ? 50 ? Ici, l’idée est de savoir si vous recrutez à temps complet ou si vous avez d’autres missions et tâches annexes à mener en parallèle.

Par exemple, quand je recrutais, j’ai souvent aussi eu la charge de la gestion des paies, du suivi des salariés, de la com RH…Autant de missions qui m’ont forcée à m’organiser en fonction du temps que je devais consacrer à chacune. 

Quand vous ne pouvez accorder que 50% de votre temps à du « pure recrutement », vous devez faire des choix et apprendre à bien gérer vos priorités. 

2 - Dans quel domaine/ secteur recrutez-vous ?

Là encore, c’est une question essentielle puisque certains métiers sont « en tension » et d’autres beaucoup moins. Dans certains secteurs (l’informatique, la restauration, le domaine médical par exemple), soit il y a très peu de candidats soit ils sont déjà en poste ailleurs.

Si vous intervenez sur des marchés réputés pénuriques, il faudra bien souvent redoubler d’efforts pour atteindre vos objectifs. Dans ces secteurs, le sourcing occupe en général une place centrale pour alimenter et exploiter un vivier de candidats potentiels.

3 - Quels sont vos objectifs de recrutement ?

Ce n’est pas la même chose de recruter 10, 30 ou 100 personnes dans l’année. 

Regardez si vous atteignez facilement vos objectifs ou si au contraire vous le faites dans la douleur. Peut-être aussi que vous avez dépassé les objectifs de l’année dernière (bravo !) et que votre direction a fixé des objectifs très élevés pour la période actuelle…

Dans tous les cas, en faisant un reporting régulier, vous devriez pouvoir dire comment vous obtenez vos résultats et quelles difficultés vous rencontrez. Cela vous permettra aussi d’anticiper.

4 - Quels sont vos outils pour recruter ?

Dressez un inventaire complet des outils dont vous disposez : un site carrière, un ATS, les différents jobboards (accès CVthèque et/ou diffusion d’annonces), un compte ou une licence LinkedIn, des outils pour envoyer vos messages d’approche et vos relances, une politique de cooptation (si elle est efficace) …Bref, faites le point sur tout ce que vous utilisez et surtout sur les résultats qu’ils vous permettent d’obtenir.

Exemple : si vous avez une licence Recruiter sur Licence mais que vous ne l’utilisez jamais, il est peut-être temps de vous remettre en question non ? Soit vous avez besoin de vous former pour mieux comprendre l’outil, soit il faut trouver quelque chose de plus adapté à votre activité.

5- Votre entreprise est-elle (re)connue ?

Et surtout, est-ce qu’elle a bonne réputation ? On touche ici au sujet de la Marque Employeur que beaucoup d’entreprises ne semblent pas encore avoir bien intégré 🙄.

Si vous recrutez pour une entreprise dans laquelle personne n’a envie de venir travailler, vous pouvez faire tous les efforts du monde sur le sourcing et le recrutement, ça ne fonctionnera pas. Une mauvaise image, un management connu pour être « toxique », des promesses non tenues : tout ce qui peut nuire à votre travail doit être identifié. 

Et ensuite, vous devrez décider si la situation peut être améliorée ou non (et dans le second cas, je vous conseille rapidement pour ne vous épuiser inutilement).

Analysez les candidatures que vous recevez

Récemment, j’ai échangé avec la recruteuse d’une entreprise qui attire facilement les candidats. Résultat 👉 elle reçoit une dizaine de candidatures spontanées par semaine et les réponses à ses annonces sont de bonne qualité. Elle ne fait quasiment pas de sourcing. 

Et c’est finalement ce que vous devez identifier : arrivez-vous à avoir suffisamment de CV/ candidatures qualifiés quand vous ne sourcez pas ?

Vous pouvez utiliser cette matrice très simple pour définir où vous vous situez :

Vous vous reconnaissez :

  • En haut à gauche : à chaque fois que vous diffusez une annonce, vous recevez des centaines de candidatures et vous êtes rapidement noyés sous les CV. Et le problème, c’est que la très grande majorité des candidatures ne correspondent pas à votre besoin. Non seulement vous avez du mal à trouver les « bons candidats » mais en plus vous n’arrivez pas à répondre à tout le monde (et c’est mauvais pour la marque employeur et l’expérience candidat…) 
  • En bas à gauche : c’est une situation que décrivent souvent les recruteurs au début de mes formations. Ils me disent qu’ils reçoivent très peu de candidatures et qu’en plus elles ne « matchent » pas avec le poste à pourvoir. Si vous diffusez votre annonce sur tous les jobboards du marché et que vous ne recevez qu’une poignée de CV « à côté de la plaque », je comprends vous soyez déçus ! Et vous allez avoir du mal à atteindre vos objectifs…
  • En haut à droite : c’est une situation très rare et qui en général se produit dans des entreprises qui sont reconnues sur leur marché et qui bénéficient d’une très bonne image de marque. Ce sont aussi les entreprises qui proposent un service/produit bien spécifique et qui offrent des avantages que les autres n’ont pas. Par contre, si vous avez peu de postes à pourvoir, vous allez devoir mettre en place un processus de recrutement très strict (voire un peu « élitiste ») sur lequel il faudra être transparent.
  • En bas à droite : pour moi, c’est la situation idéale. Vous recevez peu de candidatures mais elles sont très ciblées et vous permettent de répondre à la plupart de vos besoins sans difficulté particulière. Vous n’avez pas de problème pour gérer le flux de candidatures et les réponses à chaque stade du process. Vous n’avez aucune excuse pour négliger l’expérience candidat ! Dans ce cas, le sourcing ne sera pas forcément une activité quotidienne mais plutôt quelque chose que vous ferez de manière ponctuelle pour éviter les périodes de creux.

Évidemment il est possible que vous vous retrouviez dans plusieurs situations : vous recrutez pour plusieurs métiers, vous avez besoin de certains profils en volume et d’autres de manière ponctuelle, vous lancez régulièrement des recrutements d’alternants en parallèle des recrutements en CDI etc…

Le sourcing n’est pas la seule solution

Une fois que vous avez réalisé ce petit travail d’analyse, vous allez pouvoir trouver les solutions pertinentes pour chaque situation. Et le sourcing n’est finalement qu’une action parmi d’autres. Parfois, de « simples » actions correctives peuvent apporter de bons résultats rapidement ! Cela ne signifie pas que ce sera facile et sans effort mais vous pourrez travailler sur différents axes pour recruter de manière plus efficace.

Pour moi, faire du sourcing (ou + de sourcing) ne vous aidera pas si :

👉 Vous ne savez pas ce que vous cherchez

Ça semble évident mais en réalité, je pense que c’est la principale raison des difficultés à recruter. Quand on ne sait pas ce qu’on cherche, on peut avoir les meilleurs outils du monde, ça ne changera rien. Je ne compte pas les fois où des recruteurs m’ont dit « je n’arrive pas à sourcer les bons profils parce que je n’ai pas compris le poste ». C’est donc une étape absolument essentielle et incontournable, encore trop souvent bâclée. 

Pour illustrer mon propos, j’aime bien utiliser cette citation attribuée à Abraham Lincoln : « Que l’on me donne six heures pour couper un arbre, j’en passerai quatre à préparer ma hache »

Avant de vouloir devenir un pro du sourcing, devenez déjà un pro du brief de poste : récupérez un maximum d’informations avant de partir à la rencontre de vos candidats potentiels ! Cela vous aidera à chaque étape de processus de recrutement.

👉 Vous recevez suffisamment de candidatures « qualifiées »

Si vous recevez des CV qui matchent avec vos besoins (grâce à vos annonces, votre politique de cooptation, les candidatures spontanées), vous n’avez pas besoin de sourcer. Surtout si vous n’aimez pas ça et/ou que vous n’avez pas été formé pour réaliser un sourcing efficace.

Votre objectif est de maintenir ce flux de candidatures en travaillant sur votre marque employeur et en soignant l’expérience candidat. Vous pouvez construire une stratégie d’Inbound Recrutement pour communiquer sur votre entreprise et continuer à susciter l’intérêt et la curiosité des candidats potentiels.

En conclusion, je suis convaincue que tous les recruteurs n’ont pas besoin de faire du sourcing. Le sourcing n’est pas un moyen de distinguer les bons des mauvais recruteurs et d’établir une hiérarchie un peu malsaine entre les uns et les autres. 

Le sourcing est une manière de trouver des candidats mais ce n’est ni la seule ni la meilleure. Tout dépend de votre activité et de vos objectifs.

Mais si vous pensez que sourcer est indispensable dans votre job, alors faites-le bien ! Parce que le pire c’est sans doute de dépenser votre énergie en sourçant sans obtenir de résultat…

Cet article peut également vous intéresser


Crédits
Ne manquez rien !

Chaque mois, recevez un récap des derniers articles publiés directement dans votre boîte mail. 

Icône enveloppe ouverte
À propos de l'auteur·e
Hélène
Linkedin